Mythes et réalités

Mythes et réalités

Comment fonctionne le modèle proposé par PANGEA?

PANGEA crée des coentreprises agricoles avec des partenaires agriculteurs locaux. Ces partenaires agriculteurs demeurent 100 % propriétaires de leurs terres en plus d’être pleinement décisionnels dans la gestion des coentreprises. Ce qui est mis en commun dans la coentreprise est essentiellement l’équipement qui permet l’exploitation des terres agricoles.

Pourquoi proposer ce modèle alors que d’autres existent déjà?

PANGEA est une alternative, parmi d’autres, en complémentarité avec les options existantes pour les agriculteurs, par exemple le FIRA. Le modèle PANGEA est différent des modèles existants pour les raisons suivantes :

  • La base même du modèle repose sur le partenariat avec les agriculteurs dans le volet des opérations.
  • L’investissement de PANGEA dans la coentreprise est en équité et non en dette, comme le ferait une banque.
  • Les partenaires agriculteurs restent 100 % propriétaires de leurs terres.

Nous comprenons que c’est un modèle différent et qu’il faut l’apprivoiser.

PANGEA est-elle un fonds d’investissement?

Non. PANGEA n’est pas un fonds d’investissement, mais une société agricole. Nous ne sommes pas derrière des écrans à surveiller la Bourse, mais plutôt sur nos tracteurs à cultiver. Notre mission n’est pas de tirer profit rapidement en vendant les terres agricoles que nous acquérons, mais plutôt de les amener à leur plein potentiel et d’assurer leur exploitation à long terme en partenariat avec les agriculteurs locaux.

Est-ce que PANGEA a des visées importantes d’expansion ?

Même avec l’investissement de 50 M$ annoncés au printemps 2017, les terres possédées par PANGEA et ses partenaires agriculteurs (qui possèdent 40 % des terres cultivées par les coentreprises en moyenne), représenteront moins que 0,5 % des terres cultivées du Québec.

Jusqu’à présent, PANGEA a créé 8 coentreprises en partenariat avec des familles agricoles du Québec et prévoit qu’il y en aura une vingtaine au Québec au total. Ainsi, l’expansion de PANGEA est circonscrite.

Qui est propriétaire des terres cultivées?

Les partenaires agriculteurs profitent de l’actif que sont les terres de trois façons :

  • Ils sont et resteront 100 % propriétaires de leurs terres.
  • Avec leur part de profit de la coentreprise, ils ont la possibilité d’acheter de nouvelles terres en tout temps. L’agriculteur aura toujours la priorité d’achat.
  • Ils ont un droit de premier refus en cas de vente de terres par PANGEA. Toutefois, l’objectif de PANGEA n’est pas de vendre de terres, mais bien de les cultiver.

À l’heure actuelle, la moyenne des terres détenues par les partenaires agriculteurs est d’environ 40 %.

PANGEA contribue-t-elle à la hausse de la valeur des terres?

Nous sommes sensibles à cet enjeu et c’est pourquoi nous nous assurons de payer le juste prix selon la valeur marchande et le potentiel agronomique des terres en mandatant deux experts indépendants pour chacune des terres que nous souhaitons acheter.

  • Le modèle PANGEA repose sur la production agricole et non la spéculation.
  • Notre mission n’est pas de s’enrichir en vendant les terres agricoles que nous acquérons.
  • Si PANGEA apprend qu’un agriculteur est en compétition pour acheter une terre, elle se retire du processus.
  • À de nombreuses reprises, PANGEA a déchiré son offre d’achat quand elle a appris qu’un agriculteur était en compétition.

Par ailleurs, la valeur des terres est en hausse depuis de nombreuses années, bien avant notre arrivée.

Selon la dernière étude de Financement agricole Canada, ce sont les taux d’intérêt bas ainsi que le rendement des cultures qui ont influencé la valeur des terres. De plus, l’étude indique que les agriculteurs, particulièrement les producteurs de cultures et ceux œuvrant dans les secteurs soumis à la gestion de l’offre, sont demeurés les principaux acheteurs de terres agricoles en 2016.

Où PANGEA et ses partenaires achètent-ils leurs équipements et intrants? À Montréal?

PANGEA et ses partenaires agriculteurs se sont dotés d’une politique d’achat local. Ainsi, les décisions d’achats de produits et services sont prises en région par les partenaires agriculteurs. Tout achat est donc fait au niveau local. Les investissements et dépenses effectués génèrent des retombées économiques importantes dans les localités. Depuis sa fondation en 2012, PANGEA a investi près de 28 millions de dollars en biens et services dans les communautés.

Est-ce que les agriculteurs partenaires de PANGEA sont des employés?

Au contraire! Les partenaires agriculteurs de PANGEA ont le pouvoir décisionnel; ce sont eux qui prennent les décisions opérationnelles telles que ce qui sera semé, quel équipement acheter, quel champ sera récolté en premier, etc. Nous ne voulons pas d’employés; nous voulons des agriculteurs propriétaires.

Nuisez-vous à la relève avec votre modèle?

80 % des partenaires agriculteurs de PANGEA font partie de la relève. En comparaison, seulement 14 % des agriculteurs propriétaires exploitants de grandes cultures ont moins de 40 ans au Québec.

En leur apportant une taille d’exploitation optimale et en partageant les risques, nous les aidons à réduire leur endettement, à avoir accès à des superficies plus importantes et à bénéficier d’économies d’échelle. PANGEA accompagne l’agriculteur en équité et non en dette, ce qui est nouveau par rapport au modèle d’agriculture traditionnel. Nous ne considérons pas être la solution unique aux problèmes de la relève, mais plutôt une alternative.

Est-ce l’agriculteur qui assume tout le risque?

Au contraire, PANGEA accompagne l’agriculteur en équité et non en dette, comme le ferait une banque, ce qui est nouveau par rapport au modèle traditionnel en agriculture.

Notre modèle propose un partenariat avec les agriculteurs sur le volet opérationnel. Ces derniers bénéficient, au même titre que nous, des profits, comme des pertes, engendrés par la coentreprise. Notre objectif est simple : permettre aux agriculteurs et à leur famille de bien vivre de l’agriculture.

Est-ce que les coentreprises créées par PANGEA sont rentables?

Le modèle PANGEA permet des exploitations agricoles rentables parce qu’il :

  • Contribue à l’efficacité opérationnelle par la mise à niveau des terres (drainage, nivelage) ce qui les rend plus productives.
  • Privilégie les cultures qui procurent une valeur ajoutée additionnelle à l’agriculteur, c’est-à-dire que chaque tonne d’une denrée récoltée pour consommation humaine, de qualité semence ou biologique, est vendue plus cher que pour la consommation animale.
    • Par exemple, la tonne de blé pour consommation animale est vendue 220 $/tonne alors que pour la consommation humaine c’est de 280 $ à 320 $/tonne.
  • Donne accès aux nouvelles technologies qui permettent une augmentation de la productivité de l’agriculteur.
  • Amène des superficies additionnelles qui permettent des économies d’échelle, entre autres par l’utilisation optimale des équipements.
    • Par exemple, le coût d’acquisition d’une moissonneuse-batteuse est le même que l’agriculteur cultive 200 acres ou 1 000 acres.

Par ailleurs, l’investissement de PANGEA est en équité et non en dette, comme le ferait un partenaire financier conventionnel. Ainsi, la coentreprise n’a pratiquement pas de dette.

Grâce à cette formule, est-ce que la situation des partenaires agriculteurs de PANGEA s’améliore?

Tout à fait. Par exemple, un partenaire au Lac-Saint-Jean a fait l’acquisition de deux terres depuis le partenariat avec PANGEA. Deux des partenaires sont actuellement en négociation pour l’acquisition de superficies supplémentaires en leur nom. Un partenaire a augmenté de près de 50 % son quota laitier. Les revenus de la coentreprise a permis à la conjointe d’un des partenaires qui avait un emploi à l’extérieur de venir travailler sur la ferme avec son mari. Nous avons plusieurs autres exemples du genre.

Est-ce que PANGEA empêche des agriculteurs de devenir acquéreurs de terres?

Pour chacune des terres qu’elle souhaite acheter, PANGEA mandate deux évaluateurs agréés indépendants afin de faire l’évaluation de sa valeur marchande et agronomique afin de payer le juste prix.

Si PANGEA apprend qu’un agriculteur est en compétition pour acheter une terre, elle se retire du processus. À de nombreuses reprises, PANGEA a déchiré son offre d’achat quand elle a appris qu’un agriculteur était en compétition.

Selon la dernière étude de Financement agricole Canada, ce sont les taux d’intérêt bas ainsi que le rendement des cultures qui ont influencé la valeur des terres. De plus, l’étude indique que les agriculteurs, particulièrement les producteurs de cultures et ceux œuvrant dans les secteurs soumis à la gestion de l’offre, sont demeurés les principaux acheteurs de terres agricoles en 2016.

Qui sont les partenaires agriculteurs de PANGEA?

Nos partenaires agriculteurs possèdent des parcours différents (relève non apparentée, agriculteur établi, entreprise familiale), mais partagent tous la volonté de développer des opérations agricoles rentables et durables. À travers leur partenariat, ceux-ci veulent avoir la possibilité de faire grandir et diversifier l’entreprise qu’ils ont bâtie afin qu’elle puisse être transférée à la prochaine génération. Pour voir leurs profils, cliquez ici.

Comment sont partagés les profits de la coentreprise?

Selon la structure prévue, ils retirent 51 % des profits générés par la coentreprise puisque nous sommes des partenaires. À leur guise, ils peuvent par la suite réinvestir leurs profits dans l’achat de nouvelles terres agricoles ou leur exploitation animale.

Quels types de cultures sont exploités par les coentreprises?

Plus de 27 types de denrées sont cultivées par PANGEA et ses partenaires!

Nous nous concentrons sur les grandes cultures qui sont spécifiques à chaque région et nous privilégions les cultures à haut rendement qui procurent une valeur ajoutée à l’agriculteur. Par exemple, la tonne de blé pour consommation animale est vendue 220 $/tonne alors que pour la consommation humaine c’est de 280 $ à 320 $/tonne. Nous visons ainsi monter dans la chaîne de valeur avec de la production agricole pour la consommation humaine, de qualité semence et biologique.

Combien d’acres sont actuellement exploitées par PANGEA et ses partenaires?

Au Québec, PANGEA et ses partenaires agriculteurs sont présentement en production sur plus de 15 000 acres de terres cultivées, ce qui totalise environ 0,3 % seulement de l’ensemble des terres cultivées du Québec. Actuellement, près de 40 % de ces terres sont la propriété de nos partenaires agriculteurs.

Est-ce que PANGEA vend les terres qu’elle acquiert?

Le modèle PANGEA repose sur la production agricole et non sur la spéculation. Notre mission n’est pas de s’enrichir en vendant les terres agricoles que nous acquérons. Advenant le cas où PANGEA voudrait vendre une terre, le partenaire agriculteur aura toujours un droit de premier refus.